Menu

Penda Diouf

Noire comme l'or

Dans le cadre d’un partenariat avec le service culturel de l’université d’Artois - Arras

Penda Diouf
 

Penda Diouf est autrice de théâtre. Poussière, La Grande Ourse, Le Symbole, Pistes... sont quelques-unes de ses pièces, remarquées et mises en lecture. Ses textes partent le plus souvent de situations d’injustice, tout en faisant «place à une nature vivante et sensuelle, à l’oralité » ainsi qu’à la résilience et au féminin. Sa dernière pièce Pistes dans laquelle elle joue sera créée en 2019 par Aristide Tarnagda dans le cadre du festival Les Récréâtrales de Ouagadougou. Penda Diouf est aussi co-fondatrice, avec Anthony Thibault, du label Jeunes textes en liberté. Elle participe également au projet « Lire et dire le théâtre en famille ». Elle sera artiste associée au CDN de Valence sous la direction de Marc Lainé à partir de septembre 2020.

 


 

Écoutez l'émission du 7/10/20 de radio PFM :

Carte Blanche à Penda Diouf

Dans le cadre d’un partenariat avec le Service Vie Culturelle et Associative (SVCA) de l’Université d’Artois, en collaboration avec Culture Commune et la Cie Avec Vue Sur La Mer, Radio PFM a installé son studio mobile pour une émission spéciale "Carte Blanche" à l’autrice de théâtre Penda Diouf, à La Ruche de l’Université d’Artois, pour évoquer sa sortie de résidence à Culture Commune.
Immersion dans l’univers théâtral de Penda Diouf au travers de ses œuvres, avec en bonus une lecture d’un extrait de l’un de ses texte : "La Grande Ourse", réalisée par des étudiants en Arts du Spectacle, sous l’égide de l’intervenant Franckie Defontes, comédien de la Cie Avec Vue Sur La Mer.

 

 

 

Note d'intention (extrait) 

En 1991, nous habitons à Moulins sur Allier, en Auvergne. Terre d’exil pour moi après avoir passé les 9 premières années de ma vie à Dijon.

Deuxième terre d’exil pour mon père après avoir quitté Dakar au Sénégal puis Dijon.
Troisième terre d’exil pour ma mère après avoir quitté Dimbokro, en Côte d’Ivoire, Dakar au Sénégal et Dijon.

C’est l’itinéraire maternel que j’ai envie de suivre aujourd’hui. La filiation paternelle fera l’objet d’un autre travail.

Ma mère est née à Dimbokro, en Côte d’Ivoire. Elle y vivra les 24 premiers mois de sa vie, sans pouvoir se rendre compte des disputes qui fissurent déjà le couple parental. Sa mère, 19 ans se sépare de son conjoint. Ce dernier, mon grand-père, enlève ma mère à sa famille et quitte le pays pour Dakar, au Sénégal. Il mourra 6 ans après. Tout contact est rompu avec le pays d’origine de ma mère.

En 1991, nous habitons à Moulins sur Allier, en Auvergne lorsque nous recevons un appel d’un dénommé Konan, qui se présente comme le cousin de N’deye Koumba Sy. Ma mère.  Dans la même année, elle fera un chemin inverse, retournant à l’âge de 41 ans dans un pays qu’elle ne connaît pas, dont elle ne maîtrise pas la langue (le baoulé), dont elle est très éloignée culturellement mais où vit toute sa famille. Ma famille.
Le jour du retour au village, beaucoup de vieilles femmes ressemblant à ma mère sont assises sur leurs talons devant le portail de la maison familiale. Toutes petites, le teint clair, les cheveux gris et courts, les pommettes saillantes. Des vieilles à la peau tirée par l’âge et les travaux aux champs. Ma mère les salue, chacune, sans savoir laquelle est sa propre mère, la femme l’ayant mise au monde 41 ans plus tôt. C’est la dernière à lui être présentée. Elles tombent dans les bras l’une de l’autre. Mon arrière grand-mère, décédée peu de temps après notre rencontre, est là également.

Cette première nuit passée dans la maison familiale, des bruits de portes et de fenêtres claquées se font entendre dans toute la maison. Difficile de fermer l’œil. Lorsque mes parents interrogent le lendemain matin sur l’origine de l’agitation, ma tante répond naturellement que les esprits de la famille ont manifesté leur joie car la famille est enfin réunie.

Plus tard, je verrai l’endroit où les placentas des femmes ayant accouché dans la famille est enterré. Il manque celui de ma mère uniquement. Sa terre est ailleurs.

Suite à sa résidence écourtée en mars 2020 en raison du confinement, Penda Diouf revient pour retrouver les habitants et étudiants rencontrés et pour présenter sa pièce, Noire comme l’or, écrite à l’issue de son immersion sur le territoire du Bassin minier. 
 

 

 

 

Résidence 

 

Du 5 au 9 octobre 2020 
Maison des artistes et des citoyens 
Dans le cadre d’un partenariat avec le service vie associative et culturelle de l'université d’Artois. 

 

 

 

Noire comme l'or - Sortie de fabrique
Jeudi 8 octobre 2020 à 19H - Fabrique Théâtrale


Gratuit 
Mise en lecture du texte Noire comme l’or suivie d’une rencontre avec Penda Diouf 
Mise en lecture : Sarah Gerber, collectif TDM. 
 

informations

Noire comme l'or - Sortie de fabrique
Jeudi 8 octobre 2020 à 19H
Fabrique Théâtrale

 
Gratuit sur réservation.

 

Partagez !