Menu

La Ponctuelle / Lucien Fradin

Portraits détaillés

Pour la performance Portraits Détaillés, Lucien Fradin collecte et trie un grand nombre de matières produites par des gays pour parler des gays (d'eux-mêmes ou des autres). Tel un documentaliste, il range soigneusement des textes, des chansons, des interviews sonores, des vidéos, etc. De la culture pop en passant par la théorie sociologique jusqu’aux témoignages plus intimes. Il profite aussi des lieux où il joue pour aller à la rencontre de la culture gay locale et pour l'inclure dans son kaléidoscope. Dans chacune des performances numérotées, il propose un nouveau collage-montage à partir de ces matières et dresse ainsi un portrait sensible et choral de sa communauté.


Contexte et prémices :

La question gay (en référence au livre Réflexions sur la question gay de Didier Eribon) traverse mon travail depuis plusieurs années. Lors de  mes  deux  dernières  créations, Eperlecques et Wulverdinghe,  j’ai  abordé  celle-ci  via  le  prisme  de  l’autofiction.  Depuis mon adolescence et la découverte du désir dans le premier jusqu’à une approche plus queer en lien avec mes expériences intimes et militantes plus récentes dans le second, la volonté de faire entendre des récits qui sortent des représentations classiques de l’homosexualité encore trop  schématiques  s’avère  être  un  fil  conducteur  dans  ma  prise  de  parole  artistique. Certes  ces  premiers  spectacles  abordent  d’autres thématiques (la famille, la ruralité, les pratiques ésotériques, etc.), mais le discours situé que je défend m’emmène à proposer à chaque fois des lectures non-hétérocrates des vécus de ma communauté LGBTQ+.

Lors d’un bord-plateau suite à une représentation de Wulverdinghe, une spectatrice qui se définissait comme hétérosexuelle disait que ces récits lui avaient fait du bien parce qu’il lui semblait que nos orientations et identités sexuelles différentes faisaient que l’on vivait souvent à côté mais pas ensemble, gardant nos récits intimes séparés les un.e.s des autres. Cette intervention a redonné de l’eau à mon moulin, et me voici de nouveau sur les pistes de l’histoire des gays.

Un autre déclencheur, de ce désir de replonger dans ces récits, est un cadeau que l’on m’a fait. Une antiquaire avait confié à des amies un carton plein de lettres retrouvé dans un grenier. Ces lettres sont la réponse à une petite annonce postée en 1983 dans le magazine Gai International. On y découvre des façons de se raconter et de se rencontrer de manière épistolaire et dans des temporalités qui ne sont plus celles d’aujourd’hui.Cette fois, il ne s’agira donc pas de partir de mon vécu, mais plutôt de dresser une galerie de portraits des gays, pédés, bis, homos qui m’entourent, que j’ai pu lire, dont j’ai pu entendre les chansons, etc.
Par l’accumulation des matières textuelles, visuelles et sonores et un travail de montage-collage qui pourra se réinventer à chaque performance, je proposerai un kaléidoscope qui permette de sortir des représentations unilatérales de notre communauté.

______

Direction artistique : Aurore Magnier & Lucien Fradin
Administration / accompagnement : Sarah Calvez
Diffusion / développement : Laly Way


Production : Compagnie La Ponctuelle / Coproduction : Culture Commune, scène nationale du Bassin Minier, Scène Europe de Saint-Quentin

informations

Résidence du 12 au 16 novembre 2020
Fabrique Théâtrale

Partagez !